Horaire d'ouverture de notre standard du lundi au vendredi : 09h00 à 13h00

Réparation de carte électronique de climatisation

Des mains tiennent des sondes pour mesurer la continuité au niveau du connecteur X17A de la carte électronique A1P de DAIKIN

Les codes erreurs et la multitude des cas particuliers de pannes électroniques auxquels ils devraient correspondre

Les codes erreurs des climatisations et des pompes à chaleur ne permettent pas toujours d’identifier la ou les véritables causes d’une panne. Ils sont définis lors de la conception de l’appareil par le fabricant qui peut difficilement prendre en compte la multitude des causes de dysfonctionnements endogènes ou exogènes.

En tant que spécialiste de la réparation de cartes électroniques, nous sommes chaque jour confrontés à des scénarios de pannes complexes auxquelles nos clients se retrouvent confrontés, et souvent désemparés. 

Entre l’installateur, le fournisseur de la climatisation et le spécialiste en réparation des cartes électroniques, qui croire ?

Code erreur JA16, l'histoire vraie d'un client confronté à une panne électronique de climatisation DAIKIN

Cet article est une histoire vraie d’une panne électronique sur laquelle nous sommes récemment intervenus. Nous voulons partager avec vous cette expérience pour attirer votre attention sur :

  • Les installateurs de climatisation ou de pompe à chaleur qui n’ont pas la compétence d’électronicien,

  • La hotline du fabricant qui peut vous induire en erreur face à une panne électronique inconnue,

  • Le fabricant qui ne vous permettra pas de réparer votre carte électronique.

La sonde haute pression et son code erreur JA16, un casse-tête sans la compétence en électronique

Le Client qui nous a contacté (qui s’appelle Michel) était équipé de deux Pompes à Chaleur DAIKIN ERSQ016AAY1 (PAC n°1 et PAC n°2). 

Quelques mois avant de nous solliciter, la PAC n°1 du client affichait le code erreur JA16 sur la télécommande de contrôle. Ce code erreur disparaissait en débranchant, puis en rebranchant la pompe à chaleur. Cela a fonctionné quelque temps jusqu’au jour où il est resté affiché en continu. 

Débrancher et rebrancher n’avaient plus aucun effet, et c’est ici que l’histoire commence :

 

Michel prit contact avec une société spécialisée en installation de pompe à chaleur. Cette société envoya un technicien sur place.

 

Selon la documentation DAIKIN, le technicien informa Michel que le code erreur JA16 était causé par un dysfonctionnement de la sonde HP connectée à l’entrée X17A de la carte électronique principale (A1P).

 

Cependant, cette sonde fut rapidement mise hors de cause après vérification de la différence de potentiel électrique mesurée aux bornes de la sonde HP. Les valeurs mesurées correspondaient en effet aux valeurs des abaques communiquées par la hotline de DAIKIN.

 

Ces mesures avaient été réalisées à la fois aux bornes de la sonde HP, ainsi qu’aux bornes du connecteur X17A de la carte électronique. Cette double vérification devait écarter une éventuelle chute de tension, ou toute autre altération des câbles reliant la sonde à la carte électronique principale.

 

Le technicien et la hotline de DAIKIN ont finalement conclu à un défaut de fonctionnement de la carte électronique (que nous appellerons carte n°1 jusqu’à la fin de cet article).

 

Michel nous a donc expédié par colissimo la carte n°1 pour sa réparation.

 

En parallèle de cette expédition, et afin de vérifier l’hypothèse du dysfonctionnement uniquement induit par la carte n°1, Michel a débranché la carte électronique (la carte n°2) de la pompe à chaleur qui ne présentait aucune anomalie (que nous appellerons désormais la PAC n°2).

 

Le client installa cette carte n°2 dans la PAC n°1 (celle qui était en panne). Ceci déclencha aussitôt le code erreur JA16 sur la télécommande de contrôle.

 

La surprise pour Michel fut entière, puisque la carte n°1 avait été diagnostiquée comme étant la cause du code erreur JA16. Comment la carte n°2 pouvait-elle donc générer ce même code erreur alors qu’elle fonctionnait parfaitement quelques minutes plus tôt ? Était-elle soudainement tombée en panne ?

En effet, en réinstallant la carte n°2 dans la PAC n°2 le code erreur JA16 s’affichait à présent. 

La PAC n°1 avait donc causé la panne de la carte n°2. 

Cette découverte contredisait le diagnostic de l’installateur et de la hotline DAIKIN.

Le client ne pouvait être que mécontent, en ayant non plus qu’une seule, mais deux cartes électroniques en panne.

Microcontrôleur hors service, la réparation de la carte électronique est techniquement possible, mais sera-t-elle permise ?

À la suite d’un long travail de recherche sur l’origine de la panne sur la carte n°1, notre bureau de réparation électronique est finalement parvenu aux résultats suivants :

La broche n°1 du connecteur X17A est directement reliée à l’une des pins du microcontrôleur de la carte.

Cette connexion en direct sur le microcontrôleur est un choix de design risqué de la part du fabricant DAIKIN.

En effet, cette pin ne dispose d’aucun composant électronique de protection (résistance, diode, autre) pour absorber les pics de tension excédant les valeurs limites admissibles par le port du microcontrôleur (valeurs admissibles entre 0V et 5V).

N’ayant pu constater de panne sur aucun autre composant électronique, le code erreur JA16 était donc induit par la casse du port du microcontrôleur relié à la broche du connecteur X17A.

La mesure de la différence de potentiel de la sonde HP telle qu’elle a été menée par le technicien ne suffisait pas. 

La broche n°1 reliée à cette sonde aurait dû être contrôlée pour vérifier l’amplitude des tensions qu’elle générait. 

Ses tensions devaient être comprises entre 0v et 5v pour ne pas détruire le port du microcontrôleur. 

Bien entendu, ces mesures ne pouvaient être menées qu’à l’aide d’un oscilloscope performant pour pouvoir détecter les pics de tensions qui excédaient les valeurs limites de 0v et 5v. Un travail d’électronicien en soi.

Les installateurs de pompe à chaleur et de climatisation ne sont pas des électroniciens, et nous ne pouvons pas le leur reprocher

Ceci est la fin de l’histoire et sa morale est la suivante : 

  • les installateurs et les techniciens de la hotline ne sont pas électroniciens et il est impossible de leur reprocher, puisque cela n’est pas leur métier.
  • une panne électronique complexe peut induire un diagnostic erroné comme cela est arrivé à notre client Michel.
Cependant, l’histoire n’est pas encore tout à fait terminée. 

La réparation des cartes électroniques de climatisation repose finalement sur la bonne volonté du fabricant

Par la suite, nous avons contacté la société DAIKIN dans le but d’acheter le microcontrôleur programmé afin de le remplacer sur les deux cartes électroniques en panne.

Notre demande a été purement et simplement rejetée.

Par contre, DAIKIN était tout à fait disposée à nous vendre une carte neuve pour le remplacement d’un seul et unique composant électronique. 

Que devons-nous en penser ? Quel est l’impact sur l’environnement ? Multiplié par le nombre de cas semblables à Michel sur une année, combien de milliers de cartes sont jetées chaque année pour seulement 1 composant ?

Le client a donc été contraint de jeter ses deux cartes à la poubelle à +99% en état de marche. Les deux cartes neuves lui ont coûté plus de 1 000€.

Bilan : 2 cartes électroniques à 1 000€, et 800g de déchets électroniques supplémentaires

Le client a donc été contraint de jeter ses deux cartes électroniques en très bon état à la poubelle et de les remplacer par 2 cartes neuves d’un coût total de plus de 1 000€.

Carte électronique de pompe à chaleur DAIKIN sur laquelle le microntrôleur cassé est entouré par un carré rose. pour le mettre en évidence

Découvrez les témoignages sur Facebook